Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 15:28

     Histoire de varier les plaisirs (et parce que je suis une grosse feignasse), je vais causer de quelques lectures récentes dans le domaine de la BD. Qui sait ? Peut-être quelques unes susciteront un écho dans l'arborescence des blogs.

 

Spirou_HS_06_p01.jpg     Par quel titre commencer ? Tiens, le nouveau Spirou scénarisé par Lewis Trondheim et dessiné par Fabrice Parme. Je ne l'ai pas encore dit, mais je trouve la collection des hors-séries chez Dupuis beaucoup plus intéressante que la série principale désormais aux mains de Morvan. A mes yeux, le bonhomme fait davantage figure de faiseur que de scénariste de talent.

     Confiés à des auteurs différents, Spirou, Spip, Fantasio, le comte de Champignac et Zorglup vivent des aventures bien plus palpitantes, me rappelant la « Belle Époque » de Franquin. Cela fait longtemps que Trondheim lorgne le groom. L'accélérateur atomique témoigne d'ailleurs d'une tentative, en l'occurrence avortée, pour investir l'univers du héros. Finalement, on a eu droit à une aventure de Lapinot. On ne s'en plaindra toutefois pas.

     Ici, Trondheim brode une histoire maritime se déroulant dans les années 1950 sur un paquebot. Une aventure humoristique et rafraichissante mais trop légère à mon goût. De plus, je n'ai pas du tout accroché au trait de Fabrice Parme. Pour représenter les fiveties, je lui préfère amplement le graphisme d'Yves Chaland.

 

 

 

      Continuons avec Cinéma Panopticum de Thomas Ott. Bon là, c'est une curiosité puisque le récit est dépourvu deCINEMAPANOPTICUM_ThomasOtt-copie-1.jpg tout texte (ou presque). On se trouve devant cinq histoires courtes encapsulées dans une trame générale avec une mise en abyme en guise d'aboutissement. L'ensemble est très bien fait et il faut avoir l'objet entre les mains pour juger de la qualité des dessins, notamment leur expressivité.

     Réalisé entièrement avec de la carte à gratter, l'ouvrage ne peut que séduire les amateurs d'histoires à la Twilight Zone. Personnellement, j'ai beaucoup aimé, au point de me renseigner sur les autres réalisations de l'auteur suisse. M'est avis que 73304-23-4153-6-96-8 et Dead Ends devraient rejoindre rapidement ma pile à lire.

 

     Reste pour la fin, la nouvelle série éditée par les éditions Delcourt et animée pour ce premier one shot par le trio Duval (Carmen Mc callum), Pécau (Arcanes, Nash) et Buchet (Sillage). Placée sous le signe de l'uchronie, Jour J développe un concept qui ne pouvait qu'attirer mon attention. Bon, avouons tout de suite qu'il n'y a pas de quoi se pâmer. J'aurais du m'en douter, la série paraissant sous le label Série B, on se situe plus dans l'uchronie amusement que dans la véritable réflexion sur l'Histoire.

     Personnages stéréotypés, intrigue balisée et sans surprise, histoire vite lue, aussitôt oubliée, rien que la routine. Un point positif cependant : même si elle apparaît en filigrane, la trame historique n'est pas trop mal utilisée. On reste dans le domaine du vraisemblable. Je n'ai pas encore mentionné la divergence servant de prétexte à ce premier volume. Disons rapidement que les auteurs imaginent que les Soviétiques précèdent les Américains sur La Lune. En conséquence, la guerre froide se poursuit un petit plus longtemps dans l'espace.

Jour-J.jpg     Au final, ça se laisse lire, mais pas plus. Quatre autres albums sont d'ores et déjà programmés. Il y sera question de divergences très classiques, du genre : Paris occupé par les Soviétiques, la France vaincue pendant la Première Guerre mondiale, les anarchistes vainqueurs de la révolution d'octobre et l'habituel attentat contre JFK. Pas sûr que je suive...

 

     A venir : la réédition d'une lecture de ma jeunesse (Bob Marone chez Dargaud), le nouveau volet de La Ligue des Gentlemen extraordinaires et puis King of Nekropolis de Zezelj.

Partager cet article

Repost 0

commentaires