Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 16:10

 

     Dédiées aux littératures urbaines, les éditions Asphalte poursuivent leur tour du monde en traduisant les ouvrages parus outre-atlantique chez  Akashic Books. Cette fois, elles nous emmènent du côté de l'Asie, dans la capitale de l'Inde, pour une promenade dépourvue des paillettes et des clichés du tourisme de masse.

     Selon la formule désormais consacrée, quatorze auteurs, issus de plusieurs générations, passent la mégapole (plus de quinze millions d'habitants au compteur) au filtre du noir. L'occasion de découvrir la littérature indienne, en explorant les angles morts du sous-continent.

 

     Au sein du recueil, Delhi occupe la première place dans la distribution des rôles. Les diverses nouvelles dévoilent sa part d'ombre. Ainsi, on se ballade dans la cité d'Est en Ouest et du Nord au Sud, enjambant à plusieurs reprises les eaux polluées du Yamunâ, affluent toxique du Gange, charriant autant les cadavres des vaincus que les effluents non retraités des égouts.

     On arpente aussi l'axe périlleux du Delhi Ridge, s'informant sur les loisirs des femmes au foyer du quartier de Paharganj, squattant la gare routière centrale où arrivent et partent les autobus qui circulent sur l'autoroute jouxtant le bidonville de Bhalswa. Bref, le recueil nous offre un condensé de la société indienne.

 

     Mégapole populeuse et cosmopolite affectée par les maux inhérents aux villes monstrueuses, la capitale indienne vit au rythme des existences infimes qui l'animent. Des ruines majestueuses de son passé moghol – transformées en refuge pour les toxicomanes et les couples adultères – aux banlieues habitées par les classes moyennes, en passant par les slums et les rues sillonnées par les rickshaws et autorikshaws, le lecteur découvre un univers à la fois différent et semblable au sien.

     Une altérité sans fard, où le quotidien des habitants, parfois sordide, côtoie la délinquance ordinaire et une corruption généralisée. Toxicomanie, violence conjugale, alcoolisme , les divers travers des sociétés modernes se mêlent et s'ajoutent aux ancestrales oppositions de classe, de caste et d'ethnie, accouchant d'un monstre urbain à nul autre pareil.

 

     Dans des registres aussi différents que ceux de la satire, du réalisme social, du roman policier et de la tragédie, les auteurs de Delhi noir prennent le pouls de la cité. Ils auscultent ses habitants, leurs relations sociales, leurs mœurs et leurs espoirs. Ils dressent le portrait à hauteur d'homme d'une ville surpeuplée, polluée et gangrenée par le crime, dont les paysages sont sans cesse renouvelés par le flot continu des arrivants.

 

     Parmi les textes inscrits au sommaire, j'avoue m'être amusé du périple surréaliste accompli par le business man de « Comment j'ai perdu mes habits ». J'ai succombé au charme vénéneux de « L'Aunty des chemins de fer » et je me suis immergé dans le quotidien précaire de la petite délinquance de « Menu fretin ».

     Enfin, je signale une curiosité : la nouvelle de Manjula Padmanabhan. « Abattage sélectif » est un texte de SF où, dans un avenir proche, l'Inde domine le monde. Hélas, un chancre défigure toujours l'urbanisme parfait de Delhi. Un vaste bidonville dépotoir dont il faut se débarrasser pour des raisons de salubrité publique. Quoi de mieux d'un virus pour cela ? Mais pour une population habituée au recyclage des déchets, un poison peut devenir un bienfait. Et d'un bienfait on peut faire une arme, manière pour les pauvres de rendre la monnaie de leur pièce aux nantis...

 

     Au final, la sélection de Hirsh Sawhney se distingue par sa grande qualité. Et même si toutes les histoires ne brillent pas par leur originalité, si la plupart sont prévisibles, le recueil atteint toutefois son objectif : révéler sans voyeurisme l'intimité de Delhi.

 

 

DelhiNoir.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Delhi noir – Recueil de nouvelles présentées par Hirsh Sawhney – Éditions Asphalte, avril 2012 (recueil inédit traduit de l'anglais [Inde] par Sébastien Doubinsky)

Partager cet article

Repost 0

commentaires