Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:05

     Knockemstiff.

     Le nom claque sec comme un coup de cravache.

     Dans cette bourgade typique de l'Amérique profonde, perdue au fin fond de l'Ohio, dans un coin paumé où même Dieu ne retrouverait pas son trou du cul, on sait ce qu'il en coûte de vivre. Alors, on boit un coup pour oublier. À vrai dire, on passe son temps à boire, quand on ne cogne pas sur ses voisins, sur ses enfants, sur sa femme et sur le type passant par hasard (rayez les mentions inutiles ou pas). Sans parler des diverses substances stupéfiantes circulant illégalement et dont la liste filerait dare-dare une grippe intestinale à une armoire à pharmacie.

     Le samedi soir, on y fréquente le drive-in en famille, la bouteille à portée de main, le poing prêt à cogner. La jeunesse y tue le temps en cuvant son alcool ou son bad trip. À l'occasion, tout cela se termine sur la banquette arrière crasseuse d'une voiture à jouer à la bête à deux dos.

     Résumer l'ouvrage de Donald Ray Pollock reviendrait à dresser une longue liste de faits sordides. Le quotidien des habitants du Val, un ramassis d'hillbillies, autrement dit de ploucs, consanguins, alcooliques et violents...

 

     Passé inaperçu lors de sa parution en France, Knockemstiff rappelle aux éventuels étourdis que la réalité est bien souvent plus tordue que la fiction.

     Avec ce recueil, je découvre Donald Ray Pollock, nouvelle voix de la littérature américaine, dont le roman Le Diable, tout le temps a fait depuis quelque peu sensation dans les milieux bien informés. Un prolo comme l'Amérique en compte de nombreux, ce qui ne l'a pas empêché d'étudier, puis de prendre la plume.

 

     En lisant Pollock, j'ai immédiatement pensé à l'univers de Daniel Woodrell. Puis les noms de Éric Miles Williamson et de Chuck Palahniuk me sont venus à l'esprit. Williamson pour la gouaille et le style ravageur. Le festival de la couille (Stranger than Fiction) de Palahniuk pour la collection de tarés dont on suit les turpitudes authentiques. On a connu pire comme parallèle...

     En rassemblant cette collection d'instantanées, Donald Ray Pollock n'invente rien. Il témoigne de souvenirs, de faits sans doute réels, ou du moins auxquels il a assisté. De cette succession de courts récits, narré à hauteur d'hommes, mais du genre fin de race déjantée, il tire un portrait de l'Amérique des white trash. Il en dessine les contours, une géographie intime très éloignée des réussites du rêve américain, et pourtant pas moins emblématique de ce pays.

     Sûr que l'étape vaut le détour.

 

Knockemstiff.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Knockemstiff de Donald Ray Pollock (Knockemstiff, 2008) – Éditions Libretto, 2013 (Réédition traduite de l'anglais [États-Unis] par Philippe Garnier)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

http://www.powered.com/ 23/04/2014 12:14

I think you had a good time over there as I am a person who loves adventurous journeys very much I too love your blog very much. I will definitely visit that place during my summer vacation. Good post

Slicte 12/04/2013 23:25


La filiation du Diable tout le temps serait plutôt du côté de Flannery O'connor. Ce qui dans un premier temps pourrait paraitre un exercice studieux, se transforme en un
livre poignant nourri sur le terreau de Knockemstiff.


Sinon, Frank Bill, Chiennes de vies (chroniques du sud de l'Indiana), donc un voisin. Des nouvelles aussi, où la violence se radicalise. A croire que cela deviendrait un
mode de communication à part entière. Un jeune auteur à suivre.


Bien que ce soit l'Amérique profonde, on touche souvent le fond.

Slicte 07/05/2013 00:16

Peut-être pas, en raison d'une certaine monotonie.
Mais bon, j'y ai trouvé malgré tout quelques pépites d'humanité sous les gravats de la violence. Celles qui palpitent encore quand nous arrivons au bout de la confrontation avec nos congénères.

yossarian 22/04/2013 20:21



C'est si bon que cela Frank Bill ?



Cachou 12/04/2013 22:38


Si, et j'ai adoré, mais c'est Palahniuk et sa plume qui se révèle toujours d'une incroyable tendresse, c'est pas pareil j'ai l'impression (et puis, d'abord, le titre français de ce livre est bien
mieux)(nan mais).

Cachou 12/04/2013 19:09


Et donc, tu es tombé du côté SM de la Force?


Ca fait des mois que j'essaie de louer "Le diable, tout le temps", mais après avoir été bizarrement indisponible, il est monopolisé par une personne qui ne veut pas le rendre. Je pense que je
n'en verrai jamais la couverture si ça continue comme ça...


Mais par contre, j'avoue que ce que tu dis de ce livre-ci ne me tente absolument pas.

yossarian 12/04/2013 19:19



La vie, c'est du caca, du vomi et du sperme.


ps : Tu n'as pas lu "Stranger than fiction" ?