Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:58

 

     Délaissons pour un temps le sujet ô combien rébarbatif de l'Histoire. Certes, je ne crains pas de passer pour un bonnet de nuit, ce que je suis fondamentalement – vous ne vous en doutiez pas ? Mais il faut savoir faire une pause, genre se distraire en lisant des spéculations situées ailleurs et demain plutôt qu'ici et hier (même si les deux s'adressent au présent). Et rien de mieux que de la SF pour cela...

 

     Du côté de l'Helvétie, on observe un frémissement du sense of wonder. L'autre pays de la SF – je vous laisse supputer sur le sens de cette expression qui, à chaque fois que je l'emploie, me fait sourire – semble être devenu le vivier d'une fiction spéculative de qualité. J'en veux pour preuve Vestiges de Laurence Suhner, premier volet de la trilogie « QuanTika ».

     Oui, vous avez bien lu : une trilogie. C'est d'ailleurs plus un motif de crainte qu'une promesse de dépaysement. La peur du tirage à la ligne, la montagne accouchant d'une souris – n'y voyez surtout pas une boutade sexiste...

     Bref, je confesse avoir beaucoup de mal avec les séries interminables, alors que souvent la concision d'une nouvelle, ou à la limite d'une novella, suffit à mon bonheur. Mais je batifole vainement dans mes pensées.

 

     Quid de l'histoire ?

     La planète Gemma a toutes les apparences d'un monde hostile. Un glacier balayé par des vents tempétueux – le blast –, des températures glaciales, des crevasses obscures où se tapissent des secrets innommables... Brrr ! Loin du paradis escompté par les nombreuses civilisations terrestres.

     Pourtant, c'est sur cette unique exoplanète potentiellement habitable, sans terraformation, que se sont déversées plusieurs vagues de colons humains. Présentée comme une nouvelle frontière auprès d'une humanité surpeuplée, en proie à ses habituels démons, Gemma est devenue une sorte de Far-West, partagée en concessions, et livrée à l'appétit de compagnies peu regardantes en matière de protection de l'environnement. Une loi de la jungle ne manquant pas de provoquer quelques velléités indépendantistes chez les autochtones.

     Par la suite, des bataillons de scientifiques et de militaires sont venus s'ajouter aux pionniers. Car Gemma vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : un immense artefact extra-terrestre aussi insondable que menaçant. Cela fait beaucoup pour une seule planète...

 

     C'est peu de dire que Vestiges prend le temps à se mettre en place. Les 200 premières pages apparaissent comme une longue (interminable ?) scène d'exposition, où les enjeux des uns et des autres sont présentés. Laurence Suhner entremêle quatre trames qui se focalisent progressivement autour de la découverte de vestiges (d'où le titre) sous le glacier de Gemma. Des fouilles suscitant bien des convoitises et des inquiétudes.

     À cette intrigue d'archéo-SF viennent se greffer les quêtes plus personnelles de deux personnages féminins : Kya, jeune adulte rebelle, et Ambre Pasquier, la mystérieuse chef des fouilles.

 

     J'avoue que ce prélude a bien failli m'achever, d'autant plus qu'il avait un air de déjà vu. Le rythme se révèle mollasson et les personnages, quand ils ne sont pas simplement stéréotypés, n'attirent guère l'empathie. À vrai dire, je suis resté un peu à l'extérieur de Gemma, ne parvenant pas à m'imprégner de son atmosphère.

 

     Fort heureusement, les 300 pages suivantes s'avèrent palpitantes. L'action démarre, les événements se précipitent et les perspectives science-fictives deviennent très stimulantes. L'intrigue de Vestiges comporte en effet une composante hard-SF très forte. Mais, Laurence Suhner se débrouille pour la faire passer, pour ainsi dire en contrebande, d'une façon limpide et sans trop déroger avec l'exactitude conceptuelle. Principe d'incertitude, superposition quantique, décohérence, enquantification de la réalité, tout ceci titille agréablement la suspension de l'incrédulité. Laurence Suhner énumère les théories, échafaude des hypothèses, dresse des parallèles avec les cosmogonies bouddhiste et hindouiste. On se régale !

     Et puis, n'oublions-pas l'ambiance ! Lovecraftienne en diable avec des réminiscences d'Alien. On est littéralement happé au cœur du Temple noir ou du Bunker, comme le surnomme les scientifiques de l'équipe de recherche.

 

     Piqûre de rappel pour un sense of wonder en berne, Vestiges s'avère une excellente surprise. Certes, le premier volet s'achève par un cliffhanger et on peut s'agacer des nombreux stéréotypes parsemant le récit.

     Toutefois, Laurence Suhner a réussi à piquer ma curiosité, au point de me rendre impatient de lire la suite. Vite !

 

Vestiges.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VestigesQuantiKa, volume 1 de Laurence Suhner – Éditions L'Atalante, collection La Dentelle du Cygne, avril 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cachou 20/05/2012 19:18


J'avais très envie de lire ce roman mais le côté cliffhanger me l'a retirée (tant mieux du coup parce que de toute manière, je ne pouvais pas me l'offrir). J'en ai ras-le-bol de ces livres qui ne
se terminent pas pour laisser la place à un suivant qui se fera attendre au minimum une demi-année. Je passe mon tour, j'attendrai la publication intégrale de la trilogie, si l'envie est encore
là à ce moment-là... En attendant, j'implore mentalement les auteurs d'arrêter les "et soudain, il se retrourna pour voir... La suite au prochain épisode". C'est une forme d'irrespect
pour le lecteur je trouve.

yossarian 21/05/2012 07:54



Le cliffhanger n'est pas aussi grossier que cela, mais tu n'as pas tort.  ;-)