Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 15:41

     « Les miroirs de l'ascenseur nous répètent à l'infini et créent une multitude de clones à partir des quatre personnes qui l'occupent. C'est un ascenseur moderne comme l'immeuble, et il y a un instant, quand nous sommes montés, l'homme au complet bleu et moi, au quatorzième étage, les images m'ont rappelé un truc de fête foraine, un truc cruel, car, au lieu de nous déformer, l'excellente qualité optique des miroirs, nous renvoie une parfaite image de nous-mêmes. Et ça fait mal. »

 

     Officiellement, Juanito Pérez Pérez officie en tant que commercial dans une multinationale vendant des produits à destination du secteur médical. Officieusement, il est un tueur répondant au surnom de Numéro Trois. Exécuteur impitoyable, Juanito ne s'est jamais posé trop de questions, mais là, il a envie de faire une pause, genre prendre des vacances avec ses enfants pendant l'été. Ses supérieurs lui ont promis de le laisser tranquille. Ils peuvent bien se le permettre car leur petite entreprise ne connaît pas la crise. Mais les promesses n'engagent que ceux qui les croient (refrain connu). 

     Sur la route des vacances, Juanito est contacté par ses employeurs. Un contrat de dernière minute à livrer. On le rassure, l'exécution de cette tache ne devrait pas lui coûter trop de temps. Comme pour se faire pardonner, ses supérieurs ont pris sur eux de lui réserver une place dans un camping, à proximité de sa cible. Problème : le camp est réservé aux naturistes et la cible semble être son ex-épouse. Ou alors son nouveau compagnon, un juge à la réputation incorruptible. Pas si sûr. Les informations manquent de clarté et Numéro Trois n'arrive pas à se concentrer lorsqu'il est nu, a fortiori lorsqu'une fille à tomber par terre croise son chemin.

 

     Vous avez aimé Aller simple, vous adorerez Nager sans se mouiller. Derrière cette assertion, évidemment non négociable, se cache un roman au propos beaucoup plus profond qu'il n'y paraît au premier abord.

L'auteur ne craint pas la surenchère, on le sait. Il s'en donne une nouvelle fois à cœur joie, multipliant les enchaînements rocambolesques et les situations invraisemblables. Tout ceci n'est pas sans rappeler un certain Marc Behm et, malgré la coloration abracadabrante de l'ensemble, on plonge, surpris plus d'une fois, le sourire aux lèvres.

     Au-delà de l'aspect déjanté de l'intrigue, le propos de Carlos Salem s'attache à des questions plus existentielles. Il vire carrément à l'introspection, se teintant même d'existentialisme. Autant le dire tout de suite, l'auteur hispanique se fiche comme d'une guigne des codes du genre. Pas de bien ou de mal dans ce roman. Point de suspense haletant, de tueur implacable ou de policier incorruptible (ou son contraire, c'est tendance). Les adeptes du thriller en seront pour leurs frais. Numéro Trois laisse tomber tous les fondamentaux de son métier, pour se consacrer à lui-même et à son entourage. Fraternisant avec l'amant de son ex, trinquant, à découvert, avec le policier qui le traque, redécouvrant ses enfants, il laisse peu à peu tomber le masque et jette un regard critique sur son passé. Chemin faisant, il toise également les faux-semblants de notre société, une communauté dans laquelle le paraître revêt plus d'importance que l'être.

     Le roman de Carlos Salem est un véritable hymne à la vie, jalonné de clins d'œil (un des vacanciers s'appelle Andréa Camilleri), de scènes d'amour mémorables, de formules apparemment absurdes mais frappées au coin du bon sens. L'auteur hispanique pousse le bouchon très loin, jusqu'à faire allusion à son précédent roman, se mettant en quelque sorte en scène par procuration.

     Et on se régale à le lire, quitte à plonger tout habillé.

 

     « J'exige que, à la fin du roman, je puisse vivre sans mensonges, savoir si je suis Juanito ou Numéro Trois. Savoir. Vivre. Aimer. Même si ça doit me faire souffrir. Même si je dois mourir en conjuguant ces verbes. »

 

 

  Nager sans se mouiller

 

  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nager sans se mouiller (Matar y guardar la ropa, 2008) de Carlos Salem, Éditions Actes Sud, collection Actes Noirs, septembre 2010 (roman inédit traduit de l'espagnol par Danielle Schramm)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires