Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:45

     Je ne peux pas dire que Le bloc soit une lecture récente. En fait, cela fait plus d'un mois que je l'ai achevé. Je m'étais promis d'en parler sur ce blog, tant je reste impressionné par ce nouveau roman de Jérôme Leroy, auteur dont j'ai par ailleurs beaucoup apprécié  Monnaie bleue.

     Mais voilà, procrastination, recherche du mot juste et de l'accroche sincère, j'ai repoussé à maintes reprises ce compte-rendu. Sans doute le temps nécessaire pour digérer le propos de l'auteur et laisser infuser mes impressions. Car Le Bloc me semble être un roman adressé à la fois au cœur et à la tête, entre nostalgie, celle du monde d'avant, fatalisme et secret espoir que les choses se dérouleront autrement. Envie de croire encore à l'avenir. Que toutes les cartes ne sont pas jouées et qu'il suffit d'un rien pour que la situation bascule du côté de la générosité et de l'entraide. Pour qu'un sursaut citoyen vienne bouleverser le déroulement inexorable des événements, du moins est-ce ainsi que les médias nous le présentent. Mais en attendant, comme c'est dur, on boit un coup.   

       À la différence de nombreux autres commentateurs, je ne considère pas Le Bloc comme un roman contre le Front national. Certes, entre le parti lepeniste et le Bloc patriotique, les allusions et parallèles, les similitudes et proximités coulent de source, limpides comme cette encre dont on fait les satires. Mais, Jérôme Leroy ne joue pas sur le registre de la dénonciation. Il n'écrit ni un brûlot, ni un pamphlet instrumentalisant la bonne conscience de gauche qui, au passage, n'est pas épargnée. Il se contente, et c'est déjà beaucoup, de sonder la psyché des militants d'un parti d'extrême-droite, interrogeant le lecteur avec une question essentielle : qu'est-ce qui pousse un individu à opter pour la haine et le fascisme ?

 

 

« Finalement, tu es devenu fasciste à cause d'un sexe de fille. »

 

 

     Le temps d'une nuit, on suit les souvenirs d'Antoine et de Stanko. Deux hommes clés au cœur des rouages du Bloc patriotique. Mais Stanko est désormais de trop. Et même si dans le fond les idées du bloc n'ont pas changé d'un iota, on se doit pourtant de l'éliminer, lui l'exécuteur des basses œuvres. Le parti brigue la respectabilité, synonyme de responsabilité, et ne peut guère faire l'impasse sur sa propre interprétation de la nuit des longs couteaux.    

     Adoptant un point de vue intimiste, Jérôme Leroy s'immerge dans la tête d'Antoine et dans celle de Stanko. L'un, facho des villes, cultivé et bonne plume, appelé à décrocher un ministère ou un autre poste d'importance, du fait de son mariage avec la fille du vieux, héritière et présidente du parti. L'autre, facho des friches industrielles, petite brute déclassée, nourrit de haine et de violence, cheville ouvrière dans les coulisses de l'appareil.

    On s'attache à leurs racines, bourgeoises et prolétaires, à leur parcours, à leurs motivations et à leurs sentiments. Ainsi, entre « tu » et « je », on survole trente années de vie politique française. Trente années de coups tordus, d'échecs, de trahisons et de succès, avec en ligne de mire l'accession au pouvoir pour le parti d'extrême-droite.

        Loin de la bête immonde, trop souvent mise en scène lorsqu'il s'agit de dénoncer à gros traits, Antoine et Stanko apparaissent banalement humains dans leur part d'ombre. De ce bois dont on fait les monstres. Et leur proximité avec nous-même peut troubler.    

 

     Unité de temps, unité de lieu, unité d'action, toutes les composantes de la tragédie classique concourent vers le même dénouement. On sait qui doit mourir. On sait qui va mourir. Sans doute, Jérôme Leroy va-t-il un tantinet trop loin dans la dramaturgie. Le final et la sortie de scène de Stanko peuvent paraître sur-joués. En dépit de ce léger bémol, très personnel je le reconnais, Le Bloc atteint toutefois sa cible : émouvoir le lecteur avec un monceau de saloperies.

 

Additif : Il me reste à lire Fasciste de Thierry Marignac, un roman ayant fait grand bruit à l'époque dans le landerneau. Les temps changent...

 



Bloc

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Bloc de Jérôme Leroy – Éditions Gallimard, Collection Série Noire, septembre 2011

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bidibulle 11/12/2011 17:00


Sans vouloir être rabat-joie, c'est quand même un peu bébete de charger fachounet comme ça à la fin.


 


En faire des acteurs de snuff movie ou des types qui ont tous des malformations physiques, c'est un peu too much.


 

yossarian 11/12/2011 17:26



Si tu parles des éclopés qui forment la vieille garde du Parti, il est certain qu'ils ont vécu beaucoup de coups durs... Personnellement, je n'ai pas eu l'impression que leur portrait était
si chargé. A côté de cela, les petits nouveaux ont le mérite d'être plus lisses, offrant une façade de technocrate de la haine.


Ce qui m'a le plus gêné, c'est le final manière "Le professionnel", avec Stanko dans le rôle de Bébel.



Cachou 07/12/2011 23:39


Le sujet ne m'attire pas à la base (c'est mal?), mais ton billet m'a intriguée. Je n'ai jamais rencontré cette littérature politique plus "noire" (pardon pour le mauvais jeu de mot)...


Mais quand tu dis "émouvoir le lecteur avec un monceau de saloperies", ça veut dire quoi?

yossarian 08/12/2011 21:03



Que le sujet ne t'intéresse pas, c'est très mal (ou pas).


Pour le monceau de saloperies, le roman de Leroy raconte tout de même les méfaits de types peu recommandables, accomplis au nom d'une colère faisant l'impasse sur la générosité, pour reprendre la
terminologie d'Orwell. Des types dont la haine, le repli identitaire, la violence et l'auto-justification par le droit du plus fort sont le fond de commerce. Mais, Leroy le fait d'une façon
très romanesque, les rendant humains, capables d'éprouver des sentiments, chose inimaginable de la part de salopards... Et, c'est émouvant d'une certaine façon, car on se dit :
quel gâchis !


Mais bon, on n'a pas non plus envie de les plaindre ou d'adhérer à leur cause.