Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:30

« Armageddon, la guerre de tous contre tous.

La guerre se justifie quand la cause est juste. Si tu ne fais pas partie de la solution, tu es un élément du problème.

Nul n'a raison, quand tous ont tort. »

 

     Façonné par les mythes, l'humain oscille sans cesse, maladroit, entre passé et futur, entre nostalgie et espoir. Quelque part, en un autre temps, à venir ou révolu, il sait que se trouve un monde meilleur.

     Parmi les baby-boomers, nombreux sont ceux à se rappeler les années 1966-1971. Un lustre de tous les possibles. Un instant d'exception où l'utopie semblait à portée de main et à un battement de cœur. Par le truchement des drogues, de l'amour et du rock, le rêve hippie se déployait dans toute son exubérance juvénile et fraternelle. En apparence irrésistible.

     Sans doute s'en trouve-t-il encore quelques uns à considérer cette époque comme un temps béni. Celui de leur jeunesse. Une jeunesse nombreuse, montante, colonisant peu à peu la culture via l'underground. Une jeunesse élevée durant la prospérité des trente Glorieuses, prompte à s'insurger contre l'injustice, à bousculer le carcan mis en place par ses aînés, sensible aux expériences nouvelles et encore insouciante aux lendemains du Summer of Love. Un Âge d'Or pour George R.R. Martin et son héros Sandy Blair.

     Depuis quelque temps le bonhomme végète, en rade devant sa machine à écrire où l'attend la page trente-sept d'un roman mort né. Sandy a perdu la foi et il ne sait que faire pour la retrouver. Un appartement dans un quartier huppé, un succès d'estime dans la littérature et une compagne, working girl dans l'immobilier. Sa situation a toutes les apparences de la réussite. Et pourtant, qu'il lui semble loin ce temps où, en compagnie de Lark, Slum, Maggie, Bambi et Froggy, il comptait refaire le monde...

     Sorti de son spleen par le coup de fil du rédacteur en chef de Hedgehog, journal auquel il a contribué avant de se faire virer comme un malpropre quand celui-ci est devenu une feuille de chou à sensation, Sandy accepte d'écrire un article sur une affaire atroce. Le meurtre du manager des Nazgûl. Un crime qui n'est pas sans lui en rappeler un autre : celui du leader du groupe pendant le concert de West Mesa en 1971...

     Prenant prétexte de l'écriture de cet article, il s'embarque pour un périple, d'Est en Ouest, sur les traces des survivants des Nazgûl, en quête de sa jeunesse et de ses espoirs déchus.

     En phase de réconciliation avec George R.R. Martin, j'aborde le morceau de bravoure de sa bibliographie. Inutile de chercher à me faire changer d'avis : Armageddon Rag est son chef-d'œuvre.

     Difficile de poursuivre après une telle assertion sans prêter le flanc à la controverse. Essayons tout de même.

     L'angle d'attaque de Martin n'est pas celui de l'anecdote ou de la confession de fond de coulisse. Bien au contraire, il s'agit de celui de la nostalgie et des rêves brisés.

    Au cours de son voyage, Sandy se coltine à ses souvenirs. Sa participation au mouvement contre la guerre du Vietnam. Son implication dans le bouillonnement musical de la fin des années 1960. Son désir de faire table rase du vieux monde, non dans une orgie de violence, mais dans l'amour. Les rencontres avec le trio des survivants du Nazgûl et ses amis de jeunesse lui offrent l'opportunité de les confronter à la réalité.

     Amer constat. Les baby-boomers ont rejoint les cohortes de leurs prédécesseurs, communiant dans le consumérisme et le conformisme. Les vieux rockers se sont rangés des voitures quand ils ne sont pas morts en pleine gloire. Et tout le monde se dit que l'histoire n'a pas bifurqué sur la bonne voie au moment propice. Qu'il eût fallu de peu de choses pour que les événements prennent une tournure différente.

     Toutefois, peut-on encore tout changer ? Peut-on échapper à la radicalisation, voie sans issue empruntée par des groupuscules comme par exemples le Wheather Underground et les Black Panthers ? Peut-on, et surtout doit-on ressusciter le passé ?

     Sandy ne se fait pas d'illusion. Il court de désenchantement en désenchantement, découvrant que le temps qui passe, n'a apporté guère de bonheur à ses amitiés d'antan.

     Jusqu'à ce que resurgissent quatre cavaliers de l'Apocalypse, armés de leurs instruments, prêts à électriser les foules. Le Nazgûl réincarné, reformé par la volonté de Edan Morse, un homme au passé trouble.

     Et c'est reparti pour une tournée d'enfer, en réponse à une prophétie. Un long crescendo électrique où se déchaîne le rock. Des concerts hallucinants, au propre comme au figuré, où Martin parvient à nous faire ressentir la frénésie provoquée par Music to Wake the Dead, l'opus majeur des Nazgûl. Et l'on vibre en même temps que les spectateurs, on communie en leur compagnie, écoutant les paroles de Rage, de Prelude to Madness, de Napalm love et du Rag. On est ensorcelé par la basse de Faxon, la batterie de Gopher, la guitare de Di Maggio et la voix lancinante du Hobbit. Et même si les Nazgûl n'existent pas, même s'ils évoquent bien d'autres groupes et chanteurs, on ne peut s'empêcher d'éprouver un sentiment de familiarité à leur égard.

     Martin dépeint avec brio la dimension religieuse de ces grandes messes païennes, où le public se prosterne devant ses idoles, où il entre littéralement en transe, transporté par leurs scansions.

     Au final, George R.R.Martin réussit parfaitement son invocation. À la fois tragique, nostalgique mais jamais larmoyant, Armageddon Rag nous dévoile la force brute de l'utopie sans cesse entrevue, jamais atteinte et pourtant toujours désirable. Et l'on reste longtemps hanté par les riffs rageurs des Nazgûl. J'étais à leurs concerts. Pas vous ?

 

Rag.png

 

 

 

 

 

 

Armageddon Rag de George R.R. Martin – Editions Denoël février 2012 (réédition traduite de l'anglais [Etats-Unis] par Jean-Pierre Pugi)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

view more 30/09/2014 14:08

There are a lot of people who are against this. I am also one among them. I have always felt that non violence is the best way to get something what you want and It is better to try for it.

Cachou 20/03/2012 23:58


Tiens, qu'est-ce qui a provoqué la discorde entre cet auteur et toi?

yossarian 21/03/2012 16:32



Arf ! J'insère un lien vers le précédent article consacré à Martin.


Mes confuses...



ONE MORE BLOG IN THE GHETTO 15/03/2012 10:35


Hello camarade.


Celui-là, j'ai dû le lire il y a une bonne vingtaine d'années, quand il est sorti chez La Découverte Fictions. Le seul Martin que j'ai lu, d'ailleurs. J'en avais gardé une bonne
impression mais sans plus vraiment m'en souvenir. Mais ton artcicle a bien ravivé ma mémoire. Merci. Peut-être à enchainer par  Le temps du Twist, de
Houssin, non ?


Amitiés.


PS: Excellents, les liens!

yossarian 15/03/2012 17:49



Je dois lire Le temps du Twist depuis des années. Ta piqûre de rappel me le confirme.


Amitiés.