Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 16:29

Conjuration conjugale

     Oeuvre moins célèbre que les aventures du Cycle des épées ou que Le vagabond ou le Cycle de la guerre modificatrice, du moins dans le cercle des lecteurs de S-F, Ballet de sorcières ( un jeu de mots que je n’aurais pas osé, quoique… )  ne dépare finalement pas du tout dans la bibliographie de Fritz Leiber. Je dirais même que ce roman dégage un petit parfum désuet loin d'être désagréable.
 
     Lorsque le roman commence, la carrière de Norman Saylor, dont la réputation repose en grande partie sur l’étude des analogies entre les superstitions primitives et les névroses modernes, semble sur le point de prendre un tournant capital. Ce n’est plus qu’une question de jours : la chaire de sociologie lui tend les bras. L’affaire est d’importance, car Norman a connu bien des difficultés afin de se faire accepter au sein du monde clos de la petite université où il travaille. Mais grâce à son épouse Tansy, il a réussit à se faire peu à peu une place dans un milieu où ce sont les femmes qui mènent la boutique.

« Norman Saylor n’était pas homme à aller fouiner dans le boudoir de sa femme. Et c’est en partie pour cette raison-là qu’il le fit. »

     D’entrée, Leiber introduit l’événement déstabilisateur qui va amener le raisonnable Norman Saylor à reconsidérer ses certitudes sur la conduite du monde moderne. En effet, sa stupéfaction est grande lorsqu’il découvre que sa femme pratique la sorcellerie à son insu. A ceci s’ajoute la découverte que toutes les femmes sont des sorcières. D’abord, il rejette le phénomène et convainc son épouse d’abandonner ces pratiques que sa raison réprouve. Puis, le doute s’introduit dans son esprit, renforcés par des faits qu’il aurait considéré comme anodins sans cette connaissance qu’il a obtenu par hasard. Le malaise s’installe, fait son nid à son domicile et à son travail et finalement éclate au grand jour, bouleversant sa routine bien ordonnée.

« La magie est une science pratique. Il y a une différence énorme entre une formule de physique et une formule magique, bien qu’elles portent le même nom. La première décrit, en brefs symboles mathématiques, des relations générales de cause à effet. Mais, une formule magique est une façon d’obtenir ou d’accomplir quelque chose. Elle prend toujours en considération la motivation ou le désir de la personne invoquant la formule : avidité, amour, vengeance ou autres. Tandis que l’expérience de physique est essentiellement indépendante de l’expérimentateur. En bref, il n’y a pas, ou presque pas, de magie pure comparable à la science pure. » 

     Ballet de sorcières a le charme suranné de ces récits classiques des années 1950. On pense, dans la manière de faire, à Je suis une légende de Richard Matheson. Le point de départ est simple et les éléments du récit s’enchaînent sobrement sans effusion pyrotechnique poussant la logique fictive introduite par Leiber jusqu’à son terme, avec en prime une petite pirouette finale.
     Pour les amateurs de récits fantastiques classiques, ce roman est un régal.

Aparté 1 : Je me demande si un des scénaristes de la série Bewitched n'aurait pas lu le roman. Ceci n'est évidemment qu'une hypothèse.
Aparté 2 : Désolé pour la taille de l'image.










Ballet de sorcières
(Conjure wife, 1953) de Fritz Leiber - Le Masque Fantastique, 1976

Partager cet article

Repost 0

commentaires