Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog yossarian
  •   le blog yossarian
  • : Grand lecteur de romans noirs, de science-fiction et d'autres trucs bizarres qui me tombent sous la main
  • Contact

Recherche

20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 11:18

     Initialement édité dans l’Hexagone au sein de l’excellente Série Noire, La baleine scandaleuse se distingue des autres œuvres inscrites au catalogue de la collection par son intrigue atypique et par l’emploi d’un élément de narration inhabituel dans le polar : un cétacé.

     La réédition maquettée façon Marc Dorcel, publicité en quatrième de couverture incluse, de la collection Carré Noir introduit un instant le doute dans les esprits. Il ne faut pourtant pas se laisser abuser par l’imagerie kitsch, genre stupre et émois adolescents, qui est associé à la traduction en français du titre. En effet, The Whale Story est un roman noir de la plus belle eau avec juste ce qu’il faut de folie douce pour le rendre indispensable. Jugez-en par vous-même.

     En Californie du sud, la marée montante drosse sur la plage une baleine grise égarée. Passablement fatiguée par plusieurs tentatives infructueuses pour regagner son élément naturel, l’encombrant mammifère marin finit pas s’endormir. Le jour est sur le point de se lever, l’action se tourne vers d’autres mammifères, encombrés par leurs problèmes personnels. Rapidement, John Trinian attire notre attention sur quelques uns parmi eux : un couple de jeunes héritiers friqués, dont les familles espèrent le mariage, un malfrat en cavale en attente d’un comparse, un flic à cheval raciste et immature qui se donne des faux airs de dur, le conducteur d’un tracteur-dépanneur, un acteur toxicomane sur le retour et sa jeune épouse, un photographe désargenté, spécialisé dans les clichés épicés accompagné par deux modèles peu vêtus…

     La baleine échouée devient ainsi le point focal de cet échantillon d’humanité tout ce qu’il y a de plus banal au milieu des années 1960.

 

     J’ai entamé la lecture de La baleine scandaleuse en suivant le conseil de Jean-Bernard Pouy (que des pétales de rose précèdent ses pas). Je renvoie les éventuels amateurs à sa source : Une brève histoire du roman noir.

     Bien m’en a pris car, sans être au même niveau de dinguerie que Le lézard lubrique de Melancoly Cove de Christopher Moore, roman dont le créateur du Poulpe souligne la filiation, La baleine scandaleuse se révèle une excellente étude de caractère avec juste ce qu’il faut d’humour vachard sur le genre humain. Alors peu importe si on ne décolle pas de ce bout de plage où gît la baleine endormie. On goûte sans retenue au sens de la formule d’un écrivain particulièrement inspiré et on s’amuse des tours et des détours qu’il fait prendre au cheminement intime de chacun des protagonistes de cette histoire.

     Bref, en voilà une belle réussite, à tout point de vue, que cette tragi-comédie insolite où le rôle principal est finalement dévolu à un personnage muet et non humain. Un personnage dont l’irruption inattendue vient bouleverser, en bien comme en mal, les projets d’une bande de macaques.

     Si le terme chef-d’œuvre n’était pas tant galvaudé à force d’être utilisé à tout bout de champ, j’aurais bien envie d’en user ici même.


































La baleine scandaleuse [The Whale Story, 1964] de John Trinian – Réédition Carré Noir/Gallimard (Edition originale Série noire/Gallimard, 1965 – Roman traduit de l’anglais [Etats-Unis] par Philippe Marnhac)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BouquetdeNerfs 22/08/2011 17:49



Ok super !


Et on tuera tous les affreux de Boris Vian, très bien aussi dans ce genre de roman noir bizarre, et drôle. Ce sera ma contribution :)



BouquetdeNerfs 13/08/2011 11:31



Parfait pour l'été et la plage. Il y a moins d'humour vachard que je m'y attendais, mais l'auteur brosse des personnages curieux et amusants, on n'est pas déçu du cocktail explosif que mijote
John Trinian en disposant chaque acteur devant cette baleine. Un réunion tout à fait drôle et sinistre!


Je suis friand de ces histoires bizarres.



yossarian 20/08/2011 18:01



Si tu es amateur d'histoires bizarres, tu peux essayer Le grossium que j'ai chroniqué également. De même pour "La bouffe est jouette à fatchakulla", "Fantasia chez les ploucs" et "Un chien
dans la soupe".


Ceci dit, je garde d'autres bouquins sous le coude. Faudra que j'en cause.